GRIMALDI : LA REVOLUTION EST EN MARCHE

18

novembre

2016

GRIMALDI : LA REVOLUTION EST EN MARCHE

Le 20e salon Euromed «From Land to Sea», à Venise, a une nouvelle fois mis en lumière les défis rencontrés par le transport maritime. Les nouveaux trafics shortsea proposés par le groupe Grimaldi démontrent que les transporteurs routiers italiens peuvent aussi profiter des autoroutes maritimes pour le cabotage national. Une nouvelle génération de navires s’ajoute dans le secteur ro-ro et ropax.[….]

Il est devenu évident que le rôle de l’Italie en matière d’autoroutes de la mer se mesurera aussi à l’aune de ces critères [plus grande durabilité dans le transport intermodal et ambitions écologiques accrues dans le transport maritime –ndlr]

Il ressort des derniers projets de construction du groupe Grimaldi que celui-ci souhaite montrer l’exemple en la matière. Emanuele Grimaldi a annoncé l’arrivée d’une nouvelle génération de navires, les G5GG (Grimaldi 5. Generation Green), actuellement en phase finale de développement et dont quatre unités seront construites en 2017 pour commencer. Grimaldi a attiré l’attention sur le fait que les G5GG seront «les géants des mers de type ro-ro et ropax les plus grands jamais construits», dont la création serait rendue possible par une technologie affûtée et des équipements de pointe tels que scrubber pour le carburant ou encore la peinture silicone pour la coque.

L’enveloppe de 150 M. d’EUR destinée aux investissements injectés dans la flotte de Grimaldi a entre autre servi en 2016 à acquérir les équipements destinés à sept navires dotés de nouvelles pales d’hélices, le post-équipement de sept unités en scrubbers et de 17 unités avec peinture silicone sur les coques. Une jumboïsation de douze navires ro-ro est par ailleurs prévue.

Étant donné que la protection de l’environnement ne se borne pas à l’aspect technique, des modules de formation … ont été assurés, le personnel ayant aussi un rôle à jouer.

L’arrivée du groupe dans le cabotage national maritime en Italie marque un tournant. L’entreprise a récemment intégré deux trafics shortsea dans son portefeuille, Venise–Ravenne-Bari/Brindisi ainsi que Gênes–Salerne. «C’est une vraie révolution!» a déclaré Guido Grimaldi, tandis qu’il commentait la phase de démarrage qui permet chaque semaine de faire passer 1000 poids lourds de la route à la mer. Les transports ont lieu la nuit entre minuit et les premières heures du jour.

Ces liaisons doivent être considérées comme un début. Le potentiel se situe à environ 2 M. de camions réalisant annuellement le trafic nord-sud en Italie. …

Les pouvoirs publics devraient se réjouir de cette offre selon l’armateur qui a fait un calcul démontrant que chaque poids lourd de moins sur les routes permettait de réaliser jusqu’à  150 EUR d’économies, un budget qui passe habituellement dans les coûts générés par des accidents, des routes engorgées, des émissions, etc.

Le «Marebonus», une incitation de l’État, a tenu compte de cette évolution.

Durant l’Euromed 2016, les transporteurs routiers … et les armateurs … se sont accordés à dire que la subvention devait aller aux transporteurs routiers et non pas aux armements. […]

     ITJ – 18/11/2016


Soumis par Charles F le ven, 18/11/2016 - 16:19

Promotion
du transport maritime
à courte distance
et de l'intermodalité