LA LIGNE MONTOIR-VIGO DOPEE PAR SON STATUT D’AUTOROUTE DE LA MER

18

décembre

2015

LA LIGNE MONTOIR-VIGO DOPEE PAR SON STATUT D’AUTOROUTE DE LA MER

Suardiaz, l’armateur espagnol spécialisé dans le trafic roulier, obtient 27 millions d’euros pour transformer la ligne Montoir-Vigo en autoroute de la mer d’Algésiras au Havre. Pari réussi.

Onze mois après avoir, avec audace, positionné le Bouzas, second navire d’une capacité de 100 remorques non accompagnées (comme le premier, le Suar-Vigo), trois fois par semaine au lieu de deux sur la liaison datant de 1974 entre Montoir et Vigo, Suardiaz remporte la mise.

Le 27 novembre, à Madrid, a été signée la convention d’exploitation destinée à faire de la ligne une des principales autoroutes de la mer d’Europe. Les 27 millions de subventions (3M€ du programme européen Marco Polo, 12M€ de la France, autant de l’Espagne) sur cinq à sept ans serviront d’abord à conforter le service actuel.

Les trois rotations hebdomadaires (lundi, mercredi et vendredi/samedi à Montoir), en place depuis le mois de janvier, font partie des conditions minimales posées par Bruxelles. « Nous remplissons les navires à 70% en moyenne. Nous visons les 100% pour passer à quatre rotations hebdomadaires, vers la fin 2016 ou le début 2017 », explique David Anton, en charge de la commercialisation de la ligne chez Suardiaz.

Depuis longtemps, l’armateur propose ses services d’aides au changement de schéma logistique, en mettant à disposition des tracteurs qu’il achète lui-même ou par ses contacts avec des transporteurs sous traitants, en mesure de prendre en charge les remorques, de les emmener à destination et des les ramener dans le port Vigo.

Suardiaz doit augmenter le trafic dans les deux sens de cette nouvelle autoroute entre l’Espagne et la France… Suardiaz compte aussi, en fonction de la réaction des marchés, poursuivre au Sud avec une escale à Algésiras ou au Nord du Maroc. « Après Renault, PSA pense y installer une usine. Inditex, le grand groupe de prêt à porter espagnol, aussi », remarque David Anton.

Depuis le mois de janvier, Suardiaz a déjà amélioré son fond de cale constitué de l’importation à destination de toute l’Europe des voitures de l’usine PSA de Vigo. Un trafic conforté pour une dizaine d’années au moins par la décision de PSA d’y produire sa nouvelle génération de véhicules utilitaires. Depuis janvier, Suardiaz a commencé à transporter des véhicules des usines espagnoles de Renault.

     Journal de la Marine Marchande - 18/12/2015



Soumis par Shortsea le ven, 18/12/2015 - 18:55

Promotion
du transport maritime
à courte distance
et de l'intermodalité