LE MAROC ET L'ALGERIE AUGMENTENT LEURS IMPORTATIONS DE BLE FRANÇAIS

15

avril

2016

LE MAROC ET L'ALGERIE AUGMENTENT LEURS IMPORTATIONS DE BLE FRANÇAIS

Après une année 2015 record qui a vu le Maroc produire 115 millions de quintaux de céréales, le pays s’apprête à vivre une année 2016 difficile en raison d'une mauvaise récolte.

Le royaume a donc décidé d'importer 3,6 millions de blé dur en provenance de l'Union Européenne. En janvier 2016, la France a déjà exporté plus de 23 500 quintaux de blé tendre vers le Maroc, soit quasiment autant que ce qu’il a exporté vers le royaume sur le dernier semestre 2015. Or les importations sur dernier semestre 2015 étaient déjà en hausse de +50% par rapport à celles du dernier semestre 2014.

La France est déjà un fournisseur important de blé pour les pays d'Afrique du nord. Structurellement dépendant, le Maroc absorbe à lui seul 23% des exportations françaises de blé tendre hors Union Européenne. L'Algérie, qui produit quatre fois moins de blé tendre qu'elle n'en consomme, doit elle aussi se tourner vers la France, même si cette dernière perd des parts de marché. Elle fournissait en 2013 plus de 80% du blé tendre vendu à l'Algérie, contre moins de 70% actuellement.

La situation pourrait évoluer en 2016 car l'Algérie connaît les mêmes problèmes de sécheresse que le Maroc et doit donc elle aussi augmenter massivement ses importations. Au total, les deux pays devraient acheter en 2016 plus de 600 000 quintaux de blé à la France.

En dépit de cette augmentation de la demande, les experts estiment que les prix ne devraient pas s'envoler car les pays traditionnellement exportateurs connaissent une surproduction et les taux de fret des navires se sont effondrés. Ainsi, la France dispose des stocks de blés les plus importants depuis 1999 et les prix sont descendus sous la barre de 1 500 € le quintal.

     Econostrum - 11/04/2016


Soumis par Charles F le ven, 15/04/2016 - 17:05

Promotion
du transport maritime
à courte distance
et de l'intermodalité