Port Edouard Herriot : Sur la vague environnementale

3

juillet

2008

Port Edouard Herriot : Sur la vague environnementale

Effervescence, hier au port Edouard Herriot. Ce 1e juillet, l'Etat, la Compagnie Nationale du Rhône, les voies navigables de France et six enseignes de la grande distribution signaient un protocole d'intention. Un texte dans lequel ils s'engagent à privilégier l'eau aux axes routiers. Moins polluant, plus économique, le Fret fluvial est une alternative d'avenir.

Le premier Juillet, l'Etat, la Compagnie Nationale du Rhône, les voies navigables de France et six enseignes de la grande distribution signaient un protocole d'intention. Un texte dans lequel ils s'engagent à privilégier l'eau aux axes routiers.

La proposition avait été saluée pendant le grenelle de l'environnement en octobre dernier, aujourd'hui le port Edouard Herriot concrétise. Le fret fluvial se développe dans la grande distribution. Hier, Auchan, Carrefour, Casino, Conforama, Ikea et Leroy Merlin ont joué les bons élèves en signant un protocole d'intention. Ils s'engagent à retirer 5850 poids lourds de la route par an, ce qui représente 11 700 EVP. Une grande partie de leurs importations sera désormais acheminée du port maritime de Fos sur mer à la Vallée du Rhône. Cet engagement représente une augmentation de 50% du recours à la voie d'eau. Le DG import-export du groupe Auchan déclare :

« Le transport fluvial que nous utilisons depuis 1995 pour les marchandises importées arrivant à Fos, Le Havre et Anvers, assure depuis 3 ans les deux tiers de nos volumes, et c'est stable. Économiquement, les coûts sont à peu près identiques aux autres modes avec une planification correcte, les temps ne sont guère plus longs. »

Que des avantages donc, surtout quand on sait que dans le bassin Rhône - Saône, 200 000 poids lourds pourraient être retirés des routes par an, au profit du fleuve. Le port Edouard Herriot a la capacité et l'envie d'accueillir les stocks. Ca concernerait les déchets, les conteneurs de la grande distribution, le transport de l'armée, les convois exceptionnels, les matériaux de construction : les terrassements issus des travaux du Pôle loisirs de Confluence ont d'ailleurs été évacués par voie fluviale.

Même si le transport par l'eau a doublé en dix ans sur l'axe Rhône-Saône, la route est encore utilisée pour 80% des marchandises sur courte ou longue distance. Le but est donc d'inciter les entreprises à utiliser le fleuve et donc à développer économiquement ce fleuve. Pour convaincre de nouveaux partenaires, la Compagnie Nationale du Rhône met en place « une ristourne voie d'eau » : une remise sur la redevance annuelle de base s'ils utilisent le bateau. Des projets et des actions que l'Etat encourage : il s'engage à hauteur de 43 millions d'euros dans le volet « Transport fluvial » du plan Rhône. Un volet qui vise à moderniser et développer l'activité entre Rhône et Saône.


Source : lyon-webzine.com du 02/07/08 et les échos du 03/07/08

 


Soumis par Shortsea le jeu, 03/07/2008 - 00:00

Promotion
du transport maritime
à courte distance
et de l'intermodalité